Date : 16/05/2006

Le Parisien : « Dans notre pays, la vie ne vaut rien »

Interview du Docteur COURTOIS, président de l'association d'aide aux victimes d'erreurs médicales A.A.V.A.C.

« Le docteur Dominique Courtois préside l'Association d'aide aux victimes d'accidents corporels (Aavac)* qui conseille les patients ayant subi des erreurs médicales et les aide à obtenir réparation.

Que vous évoque le cas de Zahi Choueiri ?
(ndlr: une victime de 39 ans atteinte de cécité suite à une opération des sinus)
Docteur Courtois : Je n'avais jamais vu cela avant ! En tant que chirurgien maxillo-facial, ...
 »
Il y a ici une faute impardonnable. Ceci dit, je tiens à souligner qu'il y a 450 millions d'actes médicaux chaque année dans notre pays et seulement quelques milliers d'erreurs médicales.
Nous avons une des meilleures médecines du monde.

Le niveau d'indemnisation vous paraît-il normal ?
Dans notre pays, la vie ne vaut rien. Les indemnisations en France sont sous-évaluées par rapport à d'autres pays européens comme la Grande-Bretagne, la Suisse ou les pays nordiques. Sans même parler des États-Unis, où les indemnités se chiffrent vite en millions de dollars.

Assureurs et médecins s'inquiètent d'une hausse des indemnisations ...
Il ne faut pas oublier que les assureurs n'ont qu'un but : gagner de l'argent Leur objectif consiste donc à faire baisser autant que possible les indemnisations. Pendant des années, les assureurs ont réalisé d'énormes bénéfices, les erreurs médicales étant moins poursuivies qu'aujourd'hui. Je trouve inélégant qu'ils menacent désormais de se désengager.

Avez-vous un conseil à donner aux victimes d'accidents médicaux ?
Lorsqu'il s'agit véritablement d'une erreur médicale, les victimes ont, de nos jours, l'assurance d'obtenir réparation, même si ce n'est pas toujours à la hauteur de leurs espérances. Il ne faut donc pas hésiter à aller jusqu'au bout et à demander réparation. »

Propos recueillis par Olivier Aubry et Eric Giacometti.
| CGU | Contact
Copyright © 2014 AAVAC France v2.35.5